Cartes des aides territoriales à l’animation 2021

Voici la nouvelle carte schématique des aides territoriales à l’animation, réalisée à partie du Panorama annuel dressé par l’agence régionale du cinéma et de l’audiovisuel de la région Centre-Val de Loire, Ciclic.
Cliquer sur l’image ci-dessous pour l’agrandir plein pot et profiter de cette nouvelle “photographie” de l’investissement public dans la filière animée française.

Comme c’est le cas depuis 2018 que nous actualisons cette carte, la Normandie occupe la queue de peloton. Mieux, cette année, elle se dispute la dernière place exæquo avec la Bourgogne Franche-Comté et la Guyane française.

Rappelons à celles et ceux qui débarquent que les régions qui investissent 1 € d’argent public dans la filière animation en récupèrent, en retombées directes et indirectes, entre 5 € et 7 €, voire 10 € pour les régions les plus zélées.
Heureusement, tout va changer puisqu’une première aide normande au développement de projet d’animation (court, long, pilote, série, autre) doit être effective à la rentrée 2022. 😉

 

La première semaine “AniMai” à Trouville approche !

Le programme de la première Semaine de l’animation normande se précise !
Entre le 16 et le 21 mai prochain, à Trouville, le Studio Off-Courts et Normandie Animation proposeront une série de rencontres “animai” pour éclairer tous les aspects de la filière ciné-graphique normandes.
• Un douzaine d’ateliers d’initiation aux techniques d’animation (stop motion, pixilation, jeux vidéos) se dérouleront dans des écoles, collèges et lycées trouvillais, ainsi qu’à la MJC de Touques (Trouville).

Quatre workshops interprofessionnelles pour :
– se projeter au-delà de la nouvelle aide au développement de projet d’animation fraîchement intégrée au fonds d’aide régional,
– questionner les développements possibles de la production de contenus animés en Normandie,
– valoriser l’attractivité de la filière régionale “cinéma/audiovisuel/numérique”,
– mettre en perspective les innovations technologiques récentes au service de la création animée.
Ces rencontres, prévues au Studio Off-Courts, s’adressent spécifiquement aux professionnels et futurs professionnels normands de la création animée, voire de tous les secteurs d’activités connexes de l’imagerie.
Toutes les idées et tous les avis comptent !

• Une journée de l’animation normande (samedi 21 mai), accessible à tous les publics, permettra de s’initier à l’animation sous tous ses aspects, en partenariat avec LANIMEA, école d’animation de Caudebec-lès-Elbeuf.

Nous mettons un point d’honneur à rendre ces différents rendez-vous conviviaux au possible.Chaque rencontre se prolongera par un apéro-dînatoire pour réseauter et prolonger les discussions de manière plus informelle.

A suivre.

 

Belle représentation normande au Festival National du Film d’Animation

Du 23 au 27 avril 2022, se tiendra à Rennes la nouvelle édition du Festival national du film d’animation, organisée par l’Association Française du Cinéma d’Animation. Les professionnel.les normand.es y seront particulièrement bien représenté.es cette année.
Toujours président de l’AFCA, Stéphane Piéra (Dark Prince) sera le “grand maître de cérémonie” de cette semaine de festivités cinématographiques.
Marine Duchet a signé l’affiche du festival et sera l’une des trois membres du jury de la compétition des courts métrages professionnels.
Compétition à laquelle participera la productrice Galina Guine (Imaka Films) avec le dernier film d’Anna Budanova, Deux sœurs. Par ailleurs, Pompier de Yulia Aronova sera présenté en panorama, “pour les tout petits”.
Nicolas Diologent (aka Nikodio) présentera son phonotropique Vulcain et Aphrodite dans la sélection “Films faits maison”.
Enfin Alix Fizet pitchera sa série en préproduction “Les mères Lachaise“, produite par Have A Nice Day.

> Consulter le programme complet du festival

Addendum 28 avril 2022

Félicitations à Anna Budanova et Imaka Films pour la “Mention spéciale” attribuée par le jury professionnel au court métrage Deux Sœurs !
Bravo aussi à Alix Fizet qui a remporté le prix Titra Films au concours de pitchs avec le projet “Les Mères Lachaise” ! Produit par Have A Nice Day (Armentières, 59), le teaser de la série sera conçu prochainement au studio Train Train (Lille).
Et même pas un petit bout en Normandie ?!

> Pour consulter le palmarès complet du festival

Le jeunesse (fantasmée) de Guillaume de Normandie en série

Cela fait un bon moment que nous nous intéressons au développement de la série animée “Runes”, laquelle sera diffusée à partir d’octobre 2022 sur Canal+.
Produite par la société parisienne, Les Armateurs, d’ores et déjà présentée comme une “Game of Thrones” pour enfants, celle-ci raconte sur 26 épisodes les péripéties fantastiques du jeune Guillaume, futur roi d’Angleterre, face à des ennemis opposés à sa montée sur le trône du duché normand et à des forces magiques issues de la mythique forêt de Baligan (Flamanville). Il y est en permanence question de “sauver La Normandie”, alors forcément, ça nous interpelle.

Le feuilleton est réalisée par Jean-Louis Vandestoc. La direction artistique est l’œuvre de Marion Bulot. Le scénario est signé Guillaume Mautalent et Sébastien Oursel. Dotée d’un budget de 8 M d’euros (relativement moyen pour une série de cette envergure), elle est presque entièrement fabriquée en France (mais pas en Normandie) et au Canada, en images de synthèse 3D aux apparences de dessins animés 2D.
Elle figure dans la sélection du prochain Festival International du Film d’Animation d’Annecy.
Le 7e Rencontre interactive (MeetUp) de CGWire ‘Graphisme et technique pour l’animation” lui est entièrement consacrée :

A l’occasion, les curieux auront tout intérêt à visionner les différents contenus accessibles sur la chaîne Ioutioube de CGWire, pour comprendre les enjeux contemporains de l’industrie de la création animée française et internationale.
Parmi ces contenus, voici quelques recommandations :
MeetUp Graphisme et technique #1 : Réaliser un clip seul, Bonnes pratiques de la modélisation et de la lumière 3D
MeetUp Graphisme et technique #4 : Supervision de l’animation à distance, réalisation d’une série en télétravail, …
Différences de gestion de production entre la France et le Japon
Les dessous de la série Arcane (studio Fortiche)

 

 

 

Hey, les gars, y’a un caennais (un peu connu, apparemment) qui s’est mis à la stop motion !

A force de le voir réussir avec tout ce qu’il touche, on va finir par lui demander de devenir l’ambassadeur de Normandie Animation !
C’est vrai, quoi, après avoir tout essayé depuis 2015 pour convaincre les institutionnels de la région qu’une filière locale à fort potentiel (culture, éducation, économie, attractivité) se structure et se développe sous leurs yeux sans soulever leur intérêt, peut-être que le coup de la vedette, ça pourrait marcher…

Blague à part, félicitations à Orelsan (aka “Who-Put-Caen-On-The-World-Map”) et merci d’avoir mis en lumière le formidable travail de création (et de vulgarisation de l’animation de volumes) de Victor Haegelin !

 

Et comme le monde est décidément minuscule et la Normandie unifiée, les spectateurs de la prochaine tournée d’Orelsan pourront découvrir (et pour deux d’entre eux expérimenter sur scène) le jeu de combat “Civilisation Fighters”, conçu et réalisé par Raoul Barbet.

 

 

Une première aide à l’animation en Normandie ?

 

Aussi étonnant que cela puisse paraître, la Normandie est l’une des deux seules régions métropolitaines à ne pas disposer d’aide spécifique à l’animation au sein de son Fonds de soutien au cinéma et à l’audiovisuel (géré par le Conseil régional et son agence dédiée Normandie Images).
Et ce, en dépit des bénéfices culturels et économiques largement démontrés que le secteur professionnel transversal de la création animée (cinéma, audiovisuel, VFX, jeux vidéos, XR) procurent aux territoires régionaux (d’Outre-mer inclus) qui investissent massivement dans le pan le plus dynamique de l’industrie culturelle française.
En témoignent cette carte on-ne-peut-plus-explicite et les nombreux bilans annuels publiés par le Centre National du Cinéma et de image animée, lors des Festival International du Film d’Animation d’Annecy (le plus important du monde) et des Rencontres interprofessionnelles d’Angoulême (RADI/RAF), entre autres.

Normandie Animation œuvre depuis plusieurs années – avec des moyens pour l’instant dérisoires – à sensibiliser les instances publiques à l’urgence d’un fort positionnement sur les domaines d’activités liés à l’imagerie animée (intrinsèquement innovante en matière de technologies numériques).
En mai 2021, à la faveur de la création de “Films en Normandie” (union des associations représentatives de professionnel.les normands du cinéma et de l’audiovisuel), nos arguments ont commencé à porter leurs fruits.
Le conseil d’administration de l’agence régionale Normandie Images a voté en septembre 2021 la mise en place d’un premier soutien au développement de projet d’animation. Le règlement (conditions d’accès) de cette aide a été écrit et voté en mars 2022.
Une première commission plénière – audition des porteurs de projets présélectionnés – est envisagée au quatrième trimestre 2022.

Cette relative “victoire” n’est pour l’instant qu’un tout petit pas. Le soutien en question n’est que de 30 000€/an (plafonné à 20 000 € par projet) quand la moyenne des aides territoriales dédiées à l’animation frôle le million d’euros dans la plupart des régions. Dans ces territoires, 1€ d’argent public génère entre 5 et 7€ de retombées économiques pour la collectivité.

Bref, nous avançons, lentement mais sûrement.
Rendez-vous en fin d’année pour un premier bilan.

 

Atelier “concept art” à Lanimea

Il n’y a toujours en 2022 qu’une seule école de formation aux métiers de l’animation en Normandie et celle-ci propose régulièrement des ateliers thématiques à destinations des dessinateurs, adolescents ou adultes, disposant de prédispositions artistiques et d’un solide coup de crayon.
Les 2 et 3 avril prochains, Pierre Breton, illustrateur et concept artist professionnel, enseignera sur deux journées (12 heures intensives) un aspect assez peu connu et néanmoins fondamental de la chaîne de fabrication du cinéma, le concept art.
L’anglicisme désigne l’ensemble des savoir-faire qui permettent de développer l’univers visuel d’un projet graphique ou cinématographique : son esthétique globale, ses ambiances de couleurs, l’atmosphère variable de ses différentes scènes, …
Les compétences du concept artist lui ouvre aussi l’accès aux secteurs professionnels de l’illustration, des bandes dessinées, des jeux vidéos, de la communication, de la muséographie, entre autres.

Ces ateliers de formation payants se déroulent dans les locaux flambants neufs de Laniméa, les matériels (papier, crayons, peinture, pinceaux) sont fournis, les stagiaires apportent leur pique-nique qu’ils peuvent prendre dans l’agora aménagé de l’école.

Renseignements/inscriptions : LANIMEA
02 32 93 91 30 contact@lanimea.com

 

SAVE THE DATE!

Parce qu’il faut bien garder l’espoir en ces temps troublés, nous poursuivons nos initiatives en faveur de la filière professionnelle régionale de la création animée (cinéma, audiovisuel, VFX, jeux vidéos, réalités étendue).

A l’initiative du Studio Off-Courts, différentes actions se déploieront du 16 au 21 mai prochain sur une semaine entière :
• des rencontres et ateliers en mode “living lab” inter-professionnels permettront aux adhérent.es de Normandie Animation de réfléchir collectivement à la structuration et à la montée en gamme de la filière régionale, au premier soutien au “développement de projet d’animation” intégré au Fonds d’aide régional au cinéma et à l’audiovisuel, à l’avenir régional des étudiants en animation, à la prédominance des technologies numériques dans les pratiques de la création animée (écriture, production, post-production, diffusion), entre autres ;
• des ateliers en milieu scolaire pour initier les jeunes publics aux techniques d’animation ;
• des rencontres informelles croisant professionnels et néophytes ;
• des démonstrations et “ateliers sauvages” accessibles à tous les publics.

A suivre…

 

 

 

 

Révisez vos classiques à Hérouville

Le Café des Images, salle de cinéma “art et essai” d’Hérouville Saint-Clair et haut lieu de la représentation du grand cinéma d’animation en Normandie depuis un bon quart de siècle, propose en ce mois de février plusieurs occasions d’enrichir sa culture en matière de dessins animés japonais de grande classe.

La programmation des longs métrages de Satoshi Kon, Tôkyô Godfathers et Paprika fait suite à la présentation, en novembre dernier, du documentaire de Pascal-Alex Vincent, consacré au génial cinéaste nippon. Le premier film est une comédie loufoque, enjouée et jubilatoire sur fond de misère sociale. Si, si, c’est possible ! Accessible à partir de 8-10 ans, il tranche avec le reste de la filmographie tourmentée de Kon. Paprika est plus alambiqué, tortueux, mais néanmoins magistral dans sa facture visuelle comme dans son écriture.
Panda Petit Panda est une œuvre qui enchante surtout les tout petits spectateurs. Mais les admirateurs du duo formé dans les années 70 par Isao Takahata et Hayao Miyazaki y rencontreront la matrice de leurs futures réalisations. Les deux segments qui constituent ce long métrage sont de véritables leçons de mise en scène et d’animation inventive avec peu de moyens (étudiants en animation, prenez-en de la graine !).
Ponyo sur la falaise de Hayao Miyazaki enchaîne les scènes stupéfiantes (l’une d’elle renvoie d’ailleurs directement à Panda Petit Panda), les morceaux de bravoure animationnels et les montagnes russes émotionnelles.
L’ultime chef d’œuvre d’Isao Takahata, Le conte de la Princesse Kaguya,est un monument que les années ne cessent de révéler comme tel. Visionnaire à plus d’un titre, ce film-somme est sans doute l’un des plus beaux longs métrages d’animation jamais réalisé à ce jour !
Face à tous ces classiques, Belle, le tout dernier film signé Mamoru Hosoda, affiche un même haut niveau d’excellence. Il réunit dans la joie les spectateurs de tous âges et donne à voir l’avenir proche – et potentiellement désirable (?) – de nos paysages audio-visuels virtualisés.

 

Gros shoot d’animation japonaise à Falaise

Les vendredi 18, samedi 19 et dimanche 20 février 2022, le cinéma L’Entracte de Falaise (Calvados) propose une dense programmation de longs métrages dédiée au cinéma d’animation japonais.
Des sorties plus ou moins récentes, des classiques, deux avant-premières, un documentaire… De quoi rassasier les adeptes, initier les néophytes, contenter les enfants comme les adultes.

Vendredi 18 février
My Hero Academia : Word Heroes Mission de Kenji NAGASAKI
Belle de Mamoru HOSODA (2021)
Porco Rosso de Hayao MIYAZAKI (1992)
Akira de Katsuhiro OTOMO (1988-2021)

Samedi 19 février
7 jours de Yuuta MURANO
Les nouvelles aventures de Rita et Machin de Pon KOZUTSUMI et Jun TAKAGI
Le conte de la princesse Kaguya d’Isao TAKAHATA (2013)
La chance sourit à Madame NIKUKO de Ayumu WATANABE, en avant-première

Dimanche 20 février
Kiki la petite sorcière de Hayao MIYAZAKI (1989)
Poupelle de Akihiro NISHINO (2021), en avant-première
Satoshi KON, l’illusionniste de Pascal-Alex VINCENT (2021), en présence du réalisateur
Perfect Blue de Satoshi KON (1997)

Renseignements et réservations : Cinéma L’Entracte / 02.31.90.31.17